Ballade d’un exilé

Image

En regardant vers le pays de France,                                                                                   Un jour m’advint, à Douvres sur la mer,                                                                                 Qu’il me souvint de la douce plaisance                                                                             Que je soulais audit pays trouver;

Et commençai de cœur à soupirer,

Combien certes que grand bien me faisoit                                                                             De voir France que mon cœur aimer doit.

Je m’avisais que c’était non savance                                                                                   De tels soupirs dedans mon cœur garder,                                                                           Vu que je vois que la voie commence                                                                                   De bonne paix, qui tous biens peut donner ;                                                                     Pour ce, tournai en confort mon penser.                                                                           Mais non pourtant mon cœur ne se lassoit                                                                             De voir France que mon cœur aimer doit.

Alors chargeai en la nef d’Espérance                                                                               Tous mes souhaits, en leur priant d’aller                                                                         Outre la mer, sans faire demeurance,                                                                                   Et à France de me recommander.                                                                                      

Or nous doint Dieu bonne paix sans tarder !                                                                   Adonc aurai loisir, mais qu’ainsi soit,                                                                                   De voir France que mon cœur aimer doit.

Paix est trésor qu’on ne peut trop louer.                                                                               Je hais guerre, point ne dois la priser;                                                                     Destourbé m’a longtemps, sois tort ou droit,                                                                       De voir France que mon cœur aimer doit !

Ballade de Charles d’Orléans (1394-1465)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s